Cointrin Est et Ouest – une nouvelle gifle citoyenne se profile !

Les citoyens du canton sont appelés aux urnes le 9 février pour se prononcer - parmi d'autres sujets cantonaux et fédéraux – sur le déclassement de terrains, afin de transformer des parcelles de villas en une nouvelle zone à construire.

Lancé par le Comité référendaire « Non aux futures habitations dans la zone polluée de Cointrin ! », le référendum a été soutenu par le PLR-Vernier. En effet, au moment de la récolte des signatures comme aujourd'hui avec la votation qui se rapproche, il nous est apparu essentiel de demander aux citoyens leur avis pour décider de l'aménagement de leur territoire cantonal.

Préserver la qualité de vie de la population

Sur ce thème et dans notre partie de la République, les dernières votations de 2019 ont démontré que la volonté populaire ne valide pas systématiquement les décisions prises au cœur de la Vielle-Ville.

Avec le projet du Pré-du-Stand, la population a confirmé clairement qu'elle ne partageait pas la conviction des édiles sur la nécessité de bétonner chaque carré de verdure, de vivre dans un immense chantier sans fin et d'augmenter continuellement l'offre de surfaces de bureaux dans un marché qui n'en fait pas la demande.

L'acceptation de l'IN163 pour limiter les nuisances de l'aéroport a confirmé que le seuil de tolérance au bruit des votants était atteint. Construire d'immenses barres d'immeuble en bordure de notre aéroport va à l'encontre de cette volonté claire: pas besoin d'être un spécialiste de l'acoustique pour appréhender la terrible augmentation de nuisances sonores induite par une immense structure de béton qui répercuterait et amplifierait le bruit des quarante mouvements par heure sur la piste (cf. graphique d'illustration).

Autrement dit, si on leur pose la question, les votants du canton privilégient la garantie de garder leur qualité de vie actuelle sur des promesses de bénéfices (incertains) futurs.

Des villas dans la commune, poumons verts d'une ville

Lorsqu'on parle des zones de villas, et de l'importance d'en préserver, on lit souvent des arguments socio-économiques, en rapport avec l'intérêt de ces quartiers pour la mixité sociale ou leurs contributions à l'assiette fiscale locale.

Au-delà de ces faits démontrés, il apparaît clairement que ces territoires apportent aussi une contribution environnementale à la vie en ville. Poumons verts d'une commune déjà dense, les villas – leurs pelouses, leurs arbres, leurs haies, leurs jardins – génèrent une large palette de bénéfices environnementaux.

En effet, toute cette biomasse capture du Co2, contribue à modérer les températures, absorbe naturellement les eaux pluviales et sert de refuge à toute une faune, urbaine et sauvage de petits mammifères – des mulots aux renards, d'oiseaux, d'insectes et de batraciens.

En remplacement de ces lieux de vie familiale, on nous propose un grand projet de 186 hectares avec des "ambitions environnementales élevées" pour les eaux de pluies ou la gestion des nuisances sonores – une forme de reconnaissance implicite des nuisances potentielles associées à ce développement immobilier.

En tant que candidat PLR au conseil administratif et jeune professionnel, le pragmatisme s'impose comme l'une de mes valeurs cardinales.

Dans un contexte où les porteurs de ce projet présentent les nuisances futures comme certaines et où les bénéfices attendus restent uniquement théoriques, le pragmatisme paraît de rigueur. Et impose de respecter les actifs actuels comme les générations futures.

Dans ce sens, j'invite les citoyens à accepter le référendum, et donc refuser ce projet.

Votez 2x NON à la modification des zones de Meyrin (Cointrin Est) – Objet n° 2 de Meyrin et Vernier (Cointrin Ouest et Avanchets) – Objet n° 3

 

Gian-Reto Agramunt

 

Les commentaires sont fermés.